Accueil > Actualités > Après le brain-storming du PS : Impôts et taxes pour financer les (...)

Après le brain-storming du PS : Impôts et taxes pour financer les retraites

Le parti socialiste l’avait annoncé à plusieurs reprises... Il allait faire des propositions concernant la réforme des retraites. C’est Pierre Moscovici le premier qui en avait fait l’écho, mi avril.
D’autres articles ont précisé ce qui était alors qu’un commencement d’info par écrit. "Le projet PS pour les retraites, c’est la semaine prochaine" nous confirmait TF1News le 12 mai. Et effectivement, l’annonce est tombée hier soir : le PS a fait des propositions. Et quelles propositions !

Plus d’impôts, plus de dogmatisme

Au lendemain des pistes apportées par le gouvernement sur les retraites, Martine Aubry a dévoilé les propositions du PS pour la réforme des retraites. La 1ère secrétaire du parti a martelé que les socialistes s’opposeront de toutes leurs forces à un relèvement de l’âge légal de départ, fixé aujourd’hui à 60 ans.

Cette proposition ne tient compte que des intérêts catégoriels des syndicats que le parti souhaite protéger. Jamais, le parti socialiste ne tient compte de la démographie française, donnée pourtant simple à trouver.

En proposant une série de ressources nouvelles (majorer les prélèvements sociaux sur les bonus et les stocks options, faire participer les fonds d’intéressement et de participation au financement des retraites à hauteur de 3 milliards d’euros par an, augmenter la CSG, augmenter la nouvelle contribution sur la valeur ajoutée mise en place par le gouvernement pour remplacer la taxe professionnelle - Le taux passerait de 1,5 % à 2,2 %, uniquement pour les grandes entreprises -), le parti socialiste sort son arme fatale : toujours créer plus d’impôts.

Les collectifs "retraites : générations sacrifiées" s’étonnent du manque de réalisme de Martine Aubry. Les propositions du PS créent une avalanche de taxes, d’impôts et de cotisations. S’en suivraient des destructions d’emplois.

Pire, cette démagogie qui semble assumée par le PS doit inquiéter tous les jeunes de France qui seront les cotisants de demain alors même qu’aucun d’entre eux n’est assuré de toucher quelque retraite que ce soit le moment de sa retraite venu.

- Lire le communiqué du collectif

Débattons, donner votre avis !

Vous aimerez aussi