Accueil > Actualités > Les propositions de Terra Nova déclenchent la colère de Martine (...)

Les propositions de Terra Nova déclenchent la colère de Martine Aubry

Les propositions sur les retraites d’Olivier Ferrand, de la Fondation Terra Nova (proche du PS) provoquent l’ire de la première secrétaire.

In les échos

Silence dans les rangs ! Afin d’éviter toute cacophonie sur l’épineuse question des retraites, l’état-major socialiste s’est réuni hier autour de Martine Aubry afin d’examiner une nouvelle synthèse rédigée par la députée Marisol Touraine. A ce stade, aucun calendrier n’a été retenu. « Martine Aubry souhaite que la position du PS soit arrêtée le plus tôt possible, afin de répondre au moment opportun aux propositions du gouvernement », assure pourtant un membre de la direction.

Pour l’heure, le PS peaufine son projet. Les dirigeants du parti ont été irrités par les propositions « chocs » faites par Olivier Ferrand, président de la Fondation Terra Nova, proche du PS, tout d’abord dans un entretien au « Monde » du 8 mai et ensuite, hier matin, sur RTL. Il préconise, par « souci d’équité intergénérationnelle » de mettre les retraités à contribution en alignant leur fiscalité, notamment le taux de CSG auquel ils sont soumis sur celle des actifs.
Réactions hostiles

Dans un second temps, à partir de 2020, il évoque l’allongement de la durée de cotisation. Ces propositions ont suscité de nombreuses réactions hostiles, tant des auditeurs de RTL, que des lecteurs du « Monde » sur le site du quotidien. Pour Martine Aubry, qui cherche à ce que le PS s’exprime d’une seule voix sur ce sujet, Olivier Ferrand a marqué un but contre son camp. « Au prétexte qu’elle veut une parole cohérente de la part de tous les socialistes, elle voudrait interdire toute contre-proposition », déplore un membre de la direction.

Au-delà de l’effet de communication - à tout le moins réussi par Olivier Ferrand, ses propositions, a priori, sont opposées à celle du PS. « Je comprends son inquiétude face à l’avenir des jeunes, explique Marisol Touraine, en charge du dossier au PS. Mais opposer les générations entre elles n’est pas la bonne réponse. Au contraire, l’un des enjeux est de résoudre l’équation sans tenir compte des catégories d’âge. » Et la députée d’ajouter : « J’avais préconisé le rééquilibrage de la CSG, mais pour le financement de l’assurance-santé et non pour les retraites. Nous devons trouver de nouvelles sources de financements, comme la taxation des revenus du capital, sans nous préoccuper de l’âge des détenteurs de ces capitaux. Et tous les retraités ne sont pas aisés, loin s’en faut. »

Source

Débattons, donner votre avis !

Vous aimerez aussi