Accueil > Actualités > Découvrez la note de l’Institut Montaigne

Découvrez la note de l’Institut Montaigne

L’Institut Montaigne vient de publier une Note intitulée Réforme des retraites : pourquoi et comment. Dans ce document, l’Institut Montaigne propose de lancer la grande réforme systémique nécessaire à la sauvegarde de notre système de retraite par répartition.

La solution du relèvement de l’âge légal de départ ne permettra pas de relever le formidable défi du financement des 15 années d’espérance de vie supplémentaire acquises depuis 30 ans.

La réforme paramétrique aujourd’hui en débat n’y suffira pas. Les analyses du COR montrent que la France ne pourra pas faire l’économie d’une révision générale de l’architecture d’un système inéquitable, opaque et inadapté aux réalités démographique et économique de notre pays. L’enjeu est de taille : comment rendre notre système de retraite plus juste, compréhensible et soutenable pour les générations futures ?

L’Institut Montaigne propose de suivre trois grands principes. Le système des retraites doit être le reflet des valeurs de la République française, "Liberté, Egalité, Fraternité".

Afin de préserver et de renforcer son régime par répartition, la France ne peut se contenter d’agir sur deux paramètres seulement, la durée d’assurance sociale de référence et la fourchette des âges légaux de départ à la retraite.

Proposition n°1 : Liberté de choisir quand prendre sa retraite

L’Institut Montaigne propose la suppression de la notion d’âge légal et de lui substituer un système à la carte au sein duquel chacun choisira le moment où il liquidera sa pension, selon le principe de la neutralité actuarielle.

Proposition n°2 : Egalité de tous devant le système par répartition organisé autour d’un régime unique, contre plus d’une trentaine actuellement

La retraite par répartition n’a pas vocation à être organisée de façon catégorielle. A l’occasion de la publication de ce document, François Rachline, directeur général de l’Institut Montaigne et professeur d’économie à Sciences Po, rappelle qu’ "il n’existe aucune raison valable pour qu’un fonctionnaire ou un cheminot soit favorisé par rapport à un salarié du privé, un exploitant agricole ou un commerçant". Si certaines professions veulent acquérir des droits à pension supérieurs à ceux que l’on peut raisonnablement procurer par répartition, la voie des retraites complémentaires par capitalisation leur est grande ouverte.

Proposition n°3 : Fraternité au bénéfice des plus faibles (comme les chômeurs, les malades et les invalides)

Dans le cadre d’un système à points, l’attribution de points aux chômeurs, malades et invalides peut être effectuée de façon tout aussi généreuse que celle de trimestres. Pour Jacques Bichot, auteur de l’Etude Réforme des retraites : vers un big-bang ? (Institut Montaigne, mai 2009), "en distribuant des points aux personnes qui ne peuvent pas en gagner par leur travail, on sait exactement ce que l’on dépense, alors qu’en validant des trimestres laisse dans le flou le coût de la solidarité et on affaiblit l’ensemble du système, au détriment de ceux qui en ont le plus besoin".

Réformer les retraites : en savoir plus sur les propositions de l’Institut Montaigne

Vous aimerez aussi