Accueil > Actualités > Le maître mot du Snuipp-FSU : la Grève

Le maître mot du Snuipp-FSU : la Grève

Les mouvements de gauche font monter la pression. Ils espèrent un sursaut de leurs adhérents dans les manifestations qui auront lieu le 24 juin.

Une manifestation façon baroud d’honneur ?

Le Snuipp-FSU [1] s’est réuni du 15 au 18 juin en congrès national. Il a « exigé que le gouvernement retire son projet "sur les retraites, présenté mercredi 16 juin 2010" et "ouvre de véritables négociations", selon Marianne Baby, secrétaire générale du syndicat.

L’organisation « appelle les personnels des écoles à participer massivement à la grève et aux manifestations du 24 juin qui seront déterminantes pour l’avenir et pour les suites de l’action à la rentrée ».

L’enjeu du SNUIPP : augmenter sa représentativité et faire barrage à toute réforme

Comme d’habitude, ce syndicat s’illustre par son hypocrisie. En effet, avant même que le gouvernement ne rende public ses propositions, l’organisation ainsi que les organisations sœurs (de luttes !), naturellement de gauche, appelaient déjà à manifester le 24 juin prochain.

Réformer : terme impossible à entendre dans la bouche d’un syndicaliste ?

Dans ces conditions, les collectifs "retraites : générations sacrifiées" se demandent comment faire avancer notre pays lorsque les syndicats n’ont que la défense et la promotion de leur pré-carré en tête ? Pourquoi donc leur seule préoccupation demeure être la défense de leur intérêt catégoriel ?

Si les mesures gouvernementales manquent d’ambition, les collectifs "retraites : générations sacrifiées" rappellent la nécessité de réformer pour préserver le système de retraite par répartition...
Mais surtout, afin que les générations futures puissent espérer profiter de ce type de retraite, les collectifs "retraites : générations sacrifiées" appellent les parlementaires à aller plus loin  :

- réformer les régimes spéciaux dans le but de rétablir l’équité entre tous les travailleurs
- revenir à l’âge de départ à la retraite à 65 ans, ce qui permettrait à l’état de ne plus devoir emprunter pour payer une pension sur 10
- garantir la viabilité du système en ne pénalisant ni la croissance ni l’activité économique parce que ce serait alors les jeunes les premiers touchés.

Notes

[1Le SNUipp est un syndicat des enseignants du premier degré français, affilié à la FSU. D’extrême gauche, il est actuellement le syndicat majoritaire dans cette profession.

Vous aimerez aussi