Accueil > Actualités > Réforme des retraites : une vision à court terme, selon Familles Rurales - (...)

Réforme des retraites : une vision à court terme, selon Familles Rurales - Publi-News

In Publinews

Alors que le gouvernement vient d’annoncer sa réforme des retraites, l’association de défense des consommateurs Familles Rurales a souhaité réagir aux mesures décidées concernant :
- l’équité entre les régimes : le Mouvement défend depuis longtemps le principe de l’équité entre les régimes de base. Il accueille donc favorablement le fait que l’âge d’ouverture des droits à la retraite soit le même pour les salariés du secteur privé et ceux du public ainsi que l’alignement progressif des taux de cotisation.
- les besoins de financement : Familles Rurales approuve les nouvelles recettes proposées : la contribution des hauts revenus et de ceux du capital. Le Mouvement prend acte du relèvement de l’âge légal de 60 à 62 ans. Il se réjouit que le dispositif des carrières longues soit prolongé et étendu à ceux qui ont commencé leur carrière à l’âge de 17 ans.
- l’âge d’annulation de la décote : Familles Rurales est opposé au relèvement de l’âge d’annulation de la décote de 65 à 67 ans en 2023. En effet, cette mesure sera particulièrement défavorable aux femmes qui, pour beaucoup, n’ont pas tous leurs trimestres et devront attendre deux années supplémentaires pour valider leur pension.
- la meilleure prise en compte de la maternité : Familles Rurales se réjouit que les indemnités journalières perçues au cours du congé maternité soient prises en compte dans le calcul de la retraite. Si cette mesure vise à compenser l’interruption de carrière liée à la maternité, il ne faut pas oublier que les écarts de pensions entre hommes et femmes sont essentiellement liés aux différences de salaires. Beaucoup reste à faire dans ce domaine.
Familles Rurales regrette que la réforme des retraites annoncée aujourd’hui ne soit pas fondée sur une vision de long terme. En effet, l’équilibre des régimes de retraite prévu pour 2018 repose sur des indicateurs économiques optimistes (plein emploi en 2024 avec un taux de chômage à 4.5% et une hausse de la productivité de 1.5%).
Si les indicateurs économiques n’étaient pas aussi favorable que prévu, que restera-t-il pour faire face à de nouveaux déficits alors qu’il est envisagé aujourd’hui d’utiliser le Fonds de Réserve des Retraites pour financer les déficits accumulés ces dernières années ?

Source

Vous aimerez aussi