Accueil > Actualités > Lagarde défend la réforme des retraites - Le Figaro

Lagarde défend la réforme des retraites - Le Figaro

In LeFigaro

Les « hauts revenus » contribueront à l’effort général et les revenus du capital seront taxés, a rappelé la ministre de l’Economie sur France Inter ce vendredi, au lendemain de la journée de mobilisation contre la réforme des retraites.

Un projet « courageux, nécessaire et juste ». Au lendemain de la journée de mobilisation contre la réforme des retraites, qui a rassemblé entre 797.000 et près de 2 millions de personnes dans toute la France, la ministre de l’Economie, Christine Lagarde, a défendu le projet gouvernemental sur les ondes de France Inter ce vendredi. « Notre priorité est de protéger le régime de retraite par répartition », a-t-elle insisté.

Alors que le premier ministre François Fillon doit s’exprimer ce matin, Christine Lagarde a affirmé que « le gouvernement n’est pas obtus » et que « le dialogue va se poursuivre. Les discussions seront toutefois limitées à « certains points » du texte du gouvernement, a confirmé la ministre. « Le président Nicolas Sarkozy a indiqué que sur les questions de pénibilité, des polypensionnés et des carrières longues, il y a de la place pour la négociation », a-t-elle ajouté.

« Le message que nous donnons, c’est notre détermination à continuer à réformer dans la sérénité avec courage et là où c’est nécessaire », a déclaré Christine Lagarde, qui souligne « l’urgence » de la situation des finances publiques de la France. Interrogée sur le signal que le gouvernement français voudrait donner aux marchés grâce à cette réforme des retraites, Christine Lagarde n’a pas nié la nécessité d’« envoyer un message de sécurité » à ceux qui investissent sur le « risque France ». Pour autant, la note triple A dont bénéficie la France, qui est la meilleure notation de la dette possible, est « stable », a assuré la ministre.

La sauvegarde de l’emploi des seniors

Alors que les syndicats estiment le projet du gouvernement « injuste » pour les salariés, la ministre a rappelé sur France Inter que les « hauts revenus vont contribuer » à l’effort général, tandis que « les revenus du capital seront taxés ». Elle a également insisté sur le travail du gouvernement visant à sauvegarder l’emploi des seniors. Deux directions sont privilégiées, à savoir la formation par alternance et les accords avec les entreprises sur l’embauche d’employés seniors.

« Le report de l’âge légal de départ à la retraite doit s’accompagner de mesures pour prolonger les carrières des seniors », a répété la ministre. Selon les chiffres publiés par Pôle emploi jeudi soir, les seniors ont retrouvé en mai une progression élevée de leur nombre d’inscrits au chômage (oscillant entre 1,3% et 1,4%, selon les catégories). Cela faisait plusieurs mois qu’une telle progression n’avait été atteinte.

Le débat de la rigueur et de la relance

Pour Christine Lagarde, ces chiffres sont « mauvais ». Et confortent d’autant plus le gouvernement dans sa politique de réforme. Une politique qu’elle définit comme « un subtil exercice » entre la nécessité de soutenir la reprise et celle d’imposer des mesures d’austérité. « D’un côté, il s’agit d’engager les grands investissements prévus dans le cadre du Grand Emprunt. De l’autre côté, il faut faire attention à ne pas dépenser n’importe comment », explique la ministre de l’Economie.

Un débat qui devrait justement s’exporter ce week-end à Toronto, à l’occasion du sommet du G20. Plans de relance pour soutenir la croissance ou rigueur budgétaire ? Le choix divise l’Europe et les Etats-Unis, le Fonds monétaire international et la Banque Mondiale. Relativisant la discorde entre les participants au sommet, Christine Lagarde appelle toutefois à un « travail plus collectif ».

Source

Vous aimerez aussi