Accueil > Actualités > Vous avez interviewé le ministre du Travail, de la Solidarité et de la (...)

Vous avez interviewé le ministre du Travail, de la Solidarité et de la Fonction publique Eric Woerth - 20minutes.fr

In 20minutes.fr - Retranscription du chat

VOS QUESTIONS - Eric Woerth le ministre du Travail, de la Solidarité et de la Fonction publique a répond à vos questions...
Alors que les négociations ont commencé avec les syndicats et le patronat à propos de la réforme des retraites, la concertation va se poursuivre jusqu’en mai sur la pénibilité, l’emploi des seniors, les mécanismes de solidarité, le pilotage du système. Cela devrait donner lieu à la publication d’un "document d’options" du gouvernement qui serait sur la table en mai, selon le ministère.

Vendredi, Eric Woerth etait à la rédaction, pour répondre à toutes les questions que vous vous posez sur l’évolution des retraites et la réforme à venir.

Retrouvez ses réponses ci-dessous.

>>Retrouvez les réponses du ministre aux internautes en video

Bonjour M. le Ministre, étant fonctionnaire dit actif , allez vous remettre en cause le calcul de la retraite sur les 6 derniers mois d’activité ? Allez vous prendre en compte les spécificités du durabilité du travail des services publics français dits actifs (pompiers , policiers , surveillants pénitentiaires , ...) afin de conserver ce système de calcul de la retraite ? Merci d’avance pour votre réponse - Fonctionnaire13

La question des six derniers mois est aussi posée. Elle ne peut être cependant déliée de celle de l’intégration des primes dans la base de calcul de la retraite. Quant aux services actifs, c’est au fond l’intégration d’une forme de pénibilité dans les régimes de la fonction publique.

Allez vous garder le financement des retraites par répartition ou à terme, ferez vous glisser ce financement vers le système fond de pension soyez honnête répondez sans langue de bois !!! - CobraLucide

C’est le système par répartition qui est le meilleur système pour la France. Il fait partie de notre pacte républicain !

Monsieur Woerth bonjour. Vous dites qu’un fonctionnaire cotise trois points de moins qu’un employé du privé ah bon vous ne pensez pas ne pas dépeindre réellement la situation. Tout d’abord un salarié du public paie plus qu’un salarié du privé pour la retraite de base puisque il n’y a pas de participation de l’employeur (l’état) !!!!!! Dans le privé la cotisation est supérieure car ils ont une retraite complémentaire que vous n’avez jamais voulu instaurer dans le public alors comparer ce qui est comparable et ne faites pas de la démagogie Donc ma question est la suivante nous savons tous que les seuls revenus du travail ne suffisent pas à financer nos retraites alors pourquoi ne pas taxer les revenus de valeurs mobilières et les revenus locatifs ? Merci par avance (je tiens à signaler que je travaille dans le privé) - Lasauv32

Reprenons dans l’ordre. Un salarié du public paye bien trois points de moins qu’un salarié du privé, c’est un fait, ce n’est pas un jugement. Dans le public, la retraite comprends à la fois la base et la complémentaire. Votre comparaison n’est donc pas juste. Enfin, l’État employeur cotise nettement plus qu’un employeur du privé pour financer les retraites des fonctionnaires. Il cotise à hauteur de 62% du traitement contre 16% dans le privé.

Bonjour, pouvez vous me dire comment vous pouvez demander aux citoyens de ce pays de travailler plus longtemps alors qu’il faut aussi qu’ils fassent des études de plus en plus longues pour espérer trouver du travail. J’ai 27 ans et deux Master professionnel en droit et malgré mes recherches, je ne trouve pas de travail. Pour qu’il n’y ait pas d’erreurs j’ai fait des études brillantes et j’ai obtenu chacun de mes diplômes avec mention. Pour en revenir à ma question aujourd’hui je dois cumuler les petits boulots pour vivre mais cela ne fait rien de bon pour ma retraite. Vais je devoir travailler jusqu’à 69 ans pour obtenir une retraite descente et je trouve enfin un travail dans mon domaine cette année après 2 ans de recherche je me décourage. Merci de répondre en pensant que je pourrais être votre fille pour plus d’honnêteté - Fleme3

La précarité du travail des jeunes est une source de préoccupation considérable pour le gouvernement. Vous avez fait beaucoup d’études, il serait donc logique que vous trouviez rapidement du travail. J’imagine que cette préoccupation est première et je vous souhaite très vite de rentrer sur le marché du travail. Ce dont je ne doute pas. Quant à votre retraite, c’est bien en réformant notre système qu’on pourra vous la garantir. La précarité de vos emplois d’aujourd’hui ne devrait pas peser sur le niveau de votre retraite de demain puisque le calcul du niveau de votre pension se fait sur les 25 meilleures années.

Le Gouvernement a t-il conscience du stress provoqué dans la population, par toutes ces réformes qui s’enchaînent les unes les autres et notamment cette réforme des retraites ? Ce stress qui va sans aucun doute induire de nombreuses maladies, ne risque t-il pas de coûter très cher au pays ? - Xian

Pour tout vous dire, le véritable stress ce serait de ne pas faire la réforme, à moins que vous ne considériez que le stress des générations futures vaut moins que celui de notre génération. La meilleure façon de ne pas être inquiet n’est pas de se cacher les choses mais d’agir pour qu’elles s’améliorent.

Pourquoi n’allez vous pas prendre des conseils auprès du Canada ou des pays du nord de l’Europe qui ont réussi à réduire leurs déficits ? Pourquoi ne proposez vous pas une changement draconien du principe de gestion comptable pour permettre de stopper l’hémorragie de la dérive des finances publiques ? - jcleb70

Nous connaissons bien tous les autres exemples. Chaque pays est différent, les niveaux de pension sont différents, souvent inférieurs à la France. Les âges sont différents, souvent supérieurs à la France. L’acceptabilité des réformes est différente. Nous tenons compte de tout cela.

Il faut changer totalement le système, pour avoir un système comme en Suède. Ca au moins ce serait une vraie réforme ! qu’en pensez-vous Monsieur le ministre ? - Kathy

Ne croyez pas qu’il existe un système magique qui permette de réduire 30 milliards de déficit sans efforts. J’ai regardé de près la réforme suédoise qui a pris beaucoup de temps pour être mise en œuvre, nous sommes confrontés en France à une urgence de décision qui ne peut reposer sur une transformation systémique. Cependant, une réflexion plus approfondie, notamment sur une meilleure transparence pour les assurés fait partie de nos discussions.

Bonjour, une mesure est évoquée pour rapprocher le public du privé, celle de la suppression de la retraite anticipée des mère de 3 enfants. Quand serait appliquée cette suppression ? Les mères ayant actuellement ce droit auront-elles la possibilité (délai de 6 mois ) d’en faire la demande ? - Mimi

Nous discutons de ce sujet avec les organisations syndicales. Si ce sujet venait à l’ordre du jour de manière plus précise, alors comme pour les autres nous prendrions en compte les situations d’aujourd’hui.

Monsieur le Ministre, Dans un souci d’équité, vous voulez aligner les conditions de retraite de la fonction publique à celles du privé. Savez vous qu’une femme fonctionnaire bénéficie d’un an de cotisation pour sa retraite pour chaque enfant élevé, alors qu’une femme du privé bénéficie de deux ans de cotisations pour chaque enfant élevé. Pourquoi ne pas aligner cet avantage du privé sur la fonction publique ? - martinou

Vous avez raison il faut regarder la situation globalement et non en prenant certains point isolément. Nous discutons avec les organisations syndicales des sujets spécifiques à la fonction publique dans cet état d’esprit. Comme vous le savez les femmes fonctionnaires bénéficient également d’autres dispositifs, par exemple la possibilité de partir à la retraite après quinze ans d’activité quand elles ont eu trois enfants, ce qui n’existe pas dans le secteur privé.

Bonjour M.Woerth Les fonctionnaires de plus de 60 ans encore en activité et ayant la totalité de leurs trimestres pour le taux plein seront - ils concernés par réforme , notamment en cas de modification du mode de calcul ? Et quid de la surcote déjà acquise ? ( j’ai 62 ans, un droit à la retraite ouvert à 55 ans et 2 années de surcote ). J’avoue que j’envisage de déposer mon dossier même si je souhaite travailler encore 2 ans. merci de votre réponse - organisateur

Comme je l’ai dit, les personnes qui ont aujourd’hui plus de 60 ans ne sont pas concernées par la réforme, même si elles font le choix de poursuivre leur activité.

M. le Ministre, je suis professeur dans l’enseignement public et, au moment où l’on ne parle que de l’allongement de la durée du travail, comment se fait-il que l’on m’empêche absolument de poursuivre mon travail au-delà de 65 ans, alors que c’est 70 dans le privé ? - Zipini

C’est vrai que dans le privé, on ne peut plus vous mettre à la retraite d’office avant 70 ans. Dans le public, c’est 65 parce que l’employeur n’a pas la même liberté que dans le privé. Cela étant, c’est un sujet qui est sur la table dans nos discussions avec les partenaires sociaux.

En supposant que la durée de cotisation va s’allonger, que les re-localisations d’entreprises ne seront pas légion et que l’on continuera à qualifier de succès le développement d’auto-entrepreneurs qui ne cotisent pas aux caisses de retraite, QUI va cotiser ? - Philou du 77

Les auto-entrepreneurs payent des cotisations. Simplement on leur laisse commencer leur activité sans leur envoyer immédiatement une facture de cotisation. Tous les français, tous les revenus font l’objet à titre ou à un autre, d’une participation financière à notre système de sécurité sociale. Il faut bien évidemment veiller à l’équilibre des charges et des ressources, ce qui est notre objectif dans cette réforme des retraites.

Vous évoquer largement Monsieur le Ministre la prise en compte de la pénibilité : 1/ n’est-il pas à craindre qu’il s’agisse là d’un danger de "fuite" colossal, qui épongera largement les nouvelles recettes que d’autres mesures généreraient ? 2/ Est-il envisagé (à l’instar de ce qui se passe dans des pays voisins, je crois) de créer des fonds spéciaux destinés à financer cette prise en compte de la pénibilité, du type : cotisations spécifiques des entreprises à l’origine de ces travaux pénibles ? Par ailleurs, disposez-vous de projections sur l’amélioration de l’emploi des seniors que créerait le recul de l’âge de départ à la retraite par ce que certains appellent "l’effet d’horizon" ? - CK

Je pense que c’est très important de tenir compte de la pénibilité du travail au moment du travail, mais aussi au moment de la retraite. Nous réfléchissons beaucoup avec les partenaires sociaux à cela par souci de justice entre les français. Je vous rassure je garde en tête l’idée d’une réforme dont l’objectif premier est d’assurer la soutenabilité financière de notre système. Oui le recul de l’âge effectif de départ à la retraite change le regard de la société sur l’emploi des séniors.

Quand allez-vous supprimer la défiscalisation des heures supplémentaires qui coutent plusieurs milliards à l’état alors que nous avons plus de 5 millions de chômeurs sous diverses formes ?
Etes-vous prisonnier de vos réformes inadaptées en période de crise ? - papoune9

La défiscalisation des heures supplémentaires est une bonne manière d’inciter au travail et de rompre la logique des 35 heures. Nous n’avons donc pas l’intention de revenir là dessus.

Allez vous aligner une fois pour toutes tous les régimes (EdF, SNCF, Parlementaires etc.). OUI ou NON ? - Bisontin

Il y a plusieurs questions dans votre question. Il y a 2 ans, nous avons déjà fait une réforme des régimes spéciaux (EDF, SNCF, RATP). En ce qui concerne les parlementaires, j’ai moi même indiqué, dès le début du débat que le régime des parlementaires devra évoluer et que les efforts des parlementaires devront être exemplaires.

Les déficits se creusent et les français doivent accepter de grosses réformes structurelles pour s’adapter à une économie qu’ils n’ont pas choisi. La réforme des retraites a t-elle pour but de répondre aux attentes des français ou à celles du marché mondial ? Manu34

La réforme des retraites est nécessaire pour garantir et consolider le système de retraites que nous avons choisi et auxquels nous sommes attachés. Inutile de toujours vouloir considérer que la responsabilité est ailleurs. Chacun doit prendre sa part de responsabilité en toute équité. Ce n’est pas en se mettant la tête dans le sable qu’on voit loin.

Pourquoi ne pas agir, au moins un peu, sur les exonérations de charges qui par exemple ont couté 30 milliards d’euros rien que l’année dernière ? Et ceci sans effet sur l’emploi, semble t-il. Ou votre but n’est il pas de ne faire payer que les salariés, tout en continuant à exonérer les entreprises de charges et en augmentant les déficits à coup d’aides et de subventions aux entreprises ? Pensez-vous qu’une réforme où seuls les salariés feront des efforts sera acceptée et comprise ? - Bibi

Bien sûr que non, il n’est pas question de faire porter la charge uniquement aux salariés. J’ai déjà indiqué que, en dehors des questions démographiques, une augmentation ciblée des cotisations pour des raisons d’équité pourrait être envisagée. Cela étant, les allègements de charges dont vous parlez sont en grande partie la compensation du coût des 35 heures pour les entreprises. Et revenir sur ces allègements de charges sur les bas salaires trop brutalement conduirait à une augmentation importante du chômage. Il faut donc faire très attention.

Monsieur le Ministre, que vont devenir les travailleurs malades de l’amiante actuellement en préretraite ? Ils vont être mis bientôt en retraite d’office par les CNAV, CRAM. Déjà atteints dans leur chair après avoir travaillé, pendant des décennies, à produire des richesses pour le pays et la société, vont ils devoir encore subir une éventuelle précarisation avec cette réforme des retraites ?? J’espère qu’il n’en sera rien pour tous ces travailleurs souffrant de maladies professionnelles.. - imagine

Ces personnes ne sont évidemment pas pénalisées puisque durant la pré-retraite financée par la solidarité nationale, ils continuent à accumuler des droits à la retraite. J’ajoute que dans la réforme, nul ne sera lésé pour des raisons de cette nature, et que j’ai bien l’intention de prendre en compte l’usure physique prématurée liée au travail.

Bonjour M. Woerth, avez-vous prévu de considérer, dans le compte des annuités, la situation du conjoint de personne handicapée à 80% ou plus ? (Il s’agirait d’allouer des trimestres par période de mariage ou pacs : 1 trimestre par période de 3 ans ?) - mc55

Il existe aujourd’hui des dispositifs pour prendre du temps pour s’occuper d’un conjoint ou d’un enfant handicapé sans voir sa retraite baisser. Lorsque vous vous êtes arrêtez de travailler pour cela, vous continuez à acquérir des droits à la retraite pris en charge par la solidarité.

Avez vous remarqué que le pouvoir d’achat des retraités est en baisse constante, allez-vous encore baisser les retraites des français ? - Claudine

Le pouvoir d’achat des retraités n’est pas en baisse constante. Les retraites sont indexées sur l’inflation. Le pouvoir d’achat d’un retraité est en moyenne légèrement plus important que le pouvoir d’une personne en activité. Nous avons fait un effort important pour améliorer les petites retraites en augmentant de 25% le minimum vieillesse à la fin 2012.

Bonjour Monsieur ! S’il faut travailler plus longtemps pour maintenir le système des retraites, que comptez-vous faire pour les jeunes qui arrivent sur le marché du travail chaque année ? Comment donnerez-vous du travail à tous avec un tel taux de chômage et une baisse de croissance aussi importante dans notre pays ? Allez-vous employer les ainés tout en donnant aux jeunes la possibilité d’éviter l’ANPE ? - osiris2

Ce n’est pas parce que les séniors travailleraient moins qu’il y aurait plus de travail pour les jeunes, si c’était le cas, on aurait le meilleur taux d’emplois ce qui, malheureusement, n’est pas la réalité. Mais vous avez raison la meilleure approche pour garantir un système de retraite, c’est le plein emploi. Le gouvernement est totalement mobilisé pour faire la France de la crise.

M. Le ministre, les associations de retraités sont-elles parties prenantes aux consultations menées actuellement sur la réforme des retraites ? - RobertVnt

Je souhaite d’abord vous dire que les retraités ne sont pas concernés par la réforme par principe puisqu’ils ont déjà pris leur retraite. J’ai donc pour le moment privilégié les discussions avec les personnes concernées, c’est à dire les actifs du privé et du public. Je rencontrerai bien sûr les représentants des retraités au cours du mois de mai. Cela dit, la seule inquiétude que pourrait avoir les retraités ce serait qu’il n’y ait pas de réforme car elle est faite pour garantir la stabilité de notre système par répartition.

Allez-vous aligner les retraites des fonctionnaires sur celles du privé, PRIMES comprises ? A quand une véritable revalorisation de nos points d’indice pour les catégories C ? - Chti-Guevara

En tant que catégorie C, votre retraite est équivalente voire supérieure à celle d’un salarié du privé. Par contre, vous cotisez trois points de moins que ce même salarié. Enfin le point d’indice a régulièrement augmenté ces dernières années, j’ai moi même d’ailleurs crée une garantie individuelle de pouvoir d’achat vous prémunissant de l’inflation.

Avez-vous en tête qu’il y a des gens qui ont commencé à travailler tôt et qui risquent d’être les grands perdants de cette réforme ? - Julien

J’ai ça très en tête. En 2003, François Fillon a pris en compte les carrières longues, c’est à dire les gens qui ont commencé à travailler entre 14 et 16 ans en leur permettant de partir plus tôt avec un taux plein.

Les travailleurs prenant leur retraite au 1er janvier 2011 seront-ils concernés par cette réforme ? Merci. - Imagine

Toute réforme des retraites est progressive, elle prend du temps. Un salarié qui atteint l’âge légal de 60 ans au 1er janvier de l’année prochaine, quel que soit la nature de notre réforme ne sera pas ou marginalement concernée. Par exemple, lorsqu’en 1993, il a été décidé de calculer les retraites sur les 25 meilleures années par rapport aux 10 meilleures, la réforme s’est déroulée sur quinze ans. Les personnes qui ont aujourd’hui plus de 60 ans ne sont pas concernées même si elles continuent de travailler.

Le président a parlé de 3 leviers concernant les retraites : - la durée de cotisation - le montant des cotisations - l’indemnisation de retraite
mensuelle (je ne suis pas sur de ce dernier point). Votre plan d’actions porte sur quel(s) levier(s) ? - Leroy Jethro Gibbs

Ce sont les trois manettes possible dans un régime par répartition, qui est le régime auquel nous tenons. La manette la plus importante étant celle de la prise en compte de la démographie. Pourquoi ? Parce que le régime par répartition c’est la solidarité entre les générations et l’augmentation de la durée de vie pose la question du financement. Par ailleurs, le Président à juste titre a exclu l’idée d’une évolution par la baisse des retraites, ce serait injuste et insupportable socialement.

Le chat est fini

Cet article est repris du site http://news.google.com/news/url?fd=...

Vous aimerez aussi