Accueil > Actualités > Retraites : de nouveaux chiffrages vont relancer le débat sur la réforme - (...)

Retraites : de nouveaux chiffrages vont relancer le débat sur la réforme - Les Échos

Social Retraites : de nouveaux chiffrages vont relancer le débat ...
In Les Échos

Le Conseil d’orientation des retraites évaluera demain l’impact sur les déficits de plusieurs scénarios de report de l’âge légal du départ et d’allongement de durée de cotisation. La CGT critique le processus de concertation.

En sommeil depuis quelques jours, le débat sur les retraites va reprendre de la vigueur demain avec de nouveaux chiffrages dont le gouvernement, les partenaires sociaux et les partis politiques vont se saisir tout au long du processus de réforme. Le Conseil d’orientation des retraites (COR) a publié le mois dernier ses prévisions de déficit pour les régimes si les règles actuelles n’étaient pas modifiées. Demain, il simulera l’impact financier sur le système de toute une batterie de scénarios.

Les plus controversés chiffreront l’impact financier d’un allongement de la durée d’activité. Combien rapporterait aux finances publiques le report de l’âge légal du départ à 61, 62 ans ou plus ? Le scénario le plus « dur » ira jusqu’à 65 ans pour la génération née en 1970. Autre variante examinée, la durée de cotisation nécessaire pour bénéficier d’une pension à taux plein. Il est actuellement prévu qu’elle monte à 41 annuités pour un départ en 2012, et 41,5 en 2020. Le COR évaluera les conséquences d’une poursuite de cette tendance après 2020 - jusqu’à 43,5 ans en 2050 -, et aussi d’une accélération dès 2013, conduisant à 45 annuités en 2028. Des combinaisons de ces différentes hypothèses seront évaluées. Le COR chiffrera aussi l’impact d’une hausse des ressources et d’une évolution des niveaux des pensions, les deux autres leviers sur lesquels on peut agir.

Une certaine clarté

Etape suivante, après le week-end de l’Ascension, le gouvernement publiera un « document d’options » qui reprendra les différentes voies de réforme envisagées par les syndicats, le patronat et les partis politiques, sans dire lesquelles seront suivies à ce stade. « On va mettre toutes les solutions qui sont proposées par les uns et les autres au banc d’essai », a expliqué François Fillon la semaine dernière sur TF1. « Ce n’est pas une mauvaise idée, cela permettra une certaine clarté », approuve Bernard Devy (FO). « Tout ce processus de concertation est fait pour gagner du temps, critique de son côté Eric Aubin (CGT). Le gouvernement ne veut rien dévoiler de ses intentions avant le congrès de la CFDT, qui se tient début juin, et qui pourrait ouvrir la porte à une hausse de la durée de cotisation. Le gouvernement veut pouvoir s’appuyer sur cette position de la CFDT si elle est retenue au congrès. »

Cet article est repris du site http://news.google.com/news/url?fd=...

Vous aimerez aussi