Accueil > Actualités > Les collectifs « Retraites, générations sacrifiées » lancent un (...)

Les collectifs « Retraites, générations sacrifiées » lancent un APPEL.

Madame, Monsieur,

Comme vous le savez, notre système de retraite est en faillite ! Cette année, il accuse un déficit de 30 milliards d’euros. Demain, ce sera pire.

Le premier ministre a même avancé le chiffre de 100 milliards d’euros de dette d’ici 2050. Depuis 2005, une retraite sur dix est financée par l’emprunt. Nous ne pouvons pas accepter cette politique irresponsable d’endettement qui fait peser le poids des retraites sur les générations futures, leur laissant, à elles seules, le soin de régler l’addition. C’est pourquoi, la réforme des retraites ne doit pas se faire à minima ! Des mesures énergiques, à la hauteur de l’enjeu, doivent être prises. Malheureusement, les principaux syndicats sont debout sur le frein. Ils vont, comme ils l’ont toujours faits, tenter de retarder la mise en place des réformes qui s’imposent.

En faisant cela, ils sacrifient les jeunes. Comment dénoncer cet état de fait, quant on sait que dans les médias traditionnels, le débat sur cette réforme ne se passe qu’entre le gouvernement et les syndicats ? Ces derniers monopolisants, d’ailleurs, souvent l’attention des journalistes. C’est pourquoi, il y a quelques semaines, des jeunes (étudiants et jeunes actifs), avec le soutien de l’UNI et de différentes organisations indépendantes de tout parti politique, ont crée les collectifs « retraites : générations sacrifiées » pour se faire entendre des plus hautes autorités de l’état.

Une pétition a été lancée, afin de sensibiliser le gouvernement sur trois aspects :

1- On ne doit plus faire peser le poids du système de retraite sur les générations futures. Il est donc nécessaire d’interdire le recours à l’emprunt pour financer les pensions des retraités.

2- La réforme du système de retraite doit être en mesure de garantir la viabilité du système pour les 50 prochaines années.

3- La réforme du système de retraite ne doit pas pénaliser la croissance et l’activité économique.

Nous avons appris, il y a quelques jours, que le Ministre Eric Woerth allait recevoir, le 6 mai, un représentant du Mouvement des jeunes socialistes (MJS) pour parler de la réforme. Le MJS ne représente pas la jeunesse. Ses prises de positions sur les retraites, dictées par Martine Aubry, visent seulement à sauver le symbole mitterrandien de la retraite à 60 ans. Quant à proposer des mesures capables de garantir que les jeunes bénéficieront, sous une forme ou sous une autre, d’une retraite décente, ils en sont, aujourd’hui, incapables ; les socialistes préférant garder leurs propositions secrètes pour l’instant. Les français n’ont qu’à patienter. De qui se moque-t-on ?

Les collectifs « retraites : générations sacrifiées », eux, ont des propositions à formuler. Ils demandent par conséquent à être reçus par le Ministre Eric Woerth. Pour faire entendre une voix différente de celles des syndicats et ne pas laisser le MJS s’autoproclamer le porte-parole des jeunes, nous vous demandons de prendre quelques secondes afin de signer notre pétition. Plus nous serons nombreux à signer cette pétition, plus nous aurons de chance d’être reçus et, espérons le, entendus par le Ministre Eric Woerth. Alors aidez-nous à faire entendre la voix des jeunes (actifs ou étudiants) qui devront cotiser sans avoir la moindre garantie de bénéficier à terme d’une retraite décente !

Signez et faites signer cette pétition !

Vous aimerez aussi