Accueil > Actualités > Attention au zèle dans l’austérité - Le Figaro

Attention au zèle dans l’austérité - Le Figaro

In LeFigaro

Olivier Blanchard, économiste en chef au FMI, estime dans La Tribune qu’aucun pays européen n’a besoin de « mesures aussi draconiennes que la Grèce ». La hausse de l’âge de départ en retraite peut, selon lui, soulager les problèmes budgétaires.

Alors que les annonces de plans de rigueur se multiplient en Europe, Olivier Blanchard, l’économiste en chef au Fonds monétaire international (FMI), appelle au calme dans un entretien à La Tribune publié ce mardi. Après l’Espagne l’Allemagne et la Grande-Bretagne, c’est au tour de l’Italie d’annoncer ce mardi de nouvelles coupes budgétaires. Pour Olivier Blanchard, les pays européens auraient tort d’adopter des plans de rigueur trop sévères.

« Le risque, explique l’économiste, est en l’occurence que, sous la pression des marchés, certains pays fassent du zèle dans l’austérité. Ce serait une erreur. Les marchés se sont longtemps endormis sur le risque budgétaire. Aujourd’hui ils se réveillent et s’affolent ». Il rappelle ainsi que le programme de rachat d’obligations de la Banque centrale européenne (BCE) a justement été mis en place pour limiter la panique sur les marchés.

Un affolement des investisseurs qui est né de la situation budgétaire en la Grèce, mais ce pays est « un cas à part », estime Olivier Blanchard, qui souligne qu’il faut également relativiserl’importance de l’économie grecque, qui pèse finalement peu dans l’économie mondiale.

L’âge du départ à la retraite, une réforme indispensable

L’économiste poursuit : « Les autres pays européens n’ont pas besoin de prendre des mesures aussi draconiennes que la Grèce ». Plus crédibles, moins endettés, ils peuvent diminuer leurs déficits progressivement, sans compromettre leur croissance à court terme.

Olivier Blanchard avance une solution pour soulager les problèmes budgétaires : la réforme des retraites, « indispensable dans de nombreux pays », juge-t-il. Cette réforme pourrait passer par « l’augmentation progressive de l’âge du départ à la retraite », telle que souhaitée par l’UMP, ou « l’augmentation de la durée des cotisations ». Ainsi, la réforme « aide clairement à la stabilisation budgétaire » et son effet sur la demande est soit nul, soit positif.

Source

Vous aimerez aussi