Accueil > Actualités > Réforme des retraites : la fondation Terra Nova se démarque du PS - Le (...)

Réforme des retraites : la fondation Terra Nova se démarque du PS - Le Figaro

In LeFigaro.fr

Le think tank, proche du Parti socialiste, n’en partage pas toutes les idées et reprend dans ses propositions pour réformer les retraites les mots de Dominique Strauss-Kahn.

Prudence, prudence. Avec beaucoup de précautions, la fondation Terra Nova a présenté, vendredi matin, ses propositions de réforme des retraites. Un exercice d’équilibriste pour ce think tank proche du Parti socialiste… qui n’en partage pas toutes les idées. En plein affrontement droite gauche sur le report de l’âge légal de départ, Terra Nova veut éviter de gêner son camp. « Le projet du PS est bien, explique avec diplomatie Olivier Ferrand, le président de la fondation, car il reconnaît le problème. En 2003, le PS avait fait du déni ». Mais sur la question du « choc fiscal », c’est-à-dire l’argument avancé par la droite pour critiquer les propositions socialistes, il est plus prudent : « Il y a un problème dans cette critique. Quelle que soit la manière dont on joue au bonneteau, ce sont les actifs qui vont payer. Il n’y a pas de différence fondamentale entre faire payer les actifs plus ou les faire payer plus longtemps. Ce sont juste les modalités de la tonsure qui change. Mais on va vous tondre ! »

Inutile de toucher à l’âge légal

Terra nova a cherché une approche différente en considérant d’abord qu’à « court terme », les mesures touchant à l’âge de départ en retraite « ne servent à rien ». « Une hausse rapide de l’âge légal aura comme seule conséquence de transformer un ‘jeune’ retraité en ‘vieux’ chômeur », expliquent les auteurs du rapport, Olivier Ferrand et Fabrice Lenseigne. Ce transfert de déficit ne résout par le problème disent-ils. Par ailleurs, ce système pénalise « les salariés à carrière longue », qui devront continuer à travailler alors qu’ils ont atteint la durée de cotisation nécessaire.

Pour résoudre les besoins de financement immédiats, Terra nova propose de « taxer les niches sociales » et les revenus du patrimoine. La fondation propose aussi de mettre à contribution les « retraités aisés » en alignant la fiscalité qui les touche sur celle des actifs. Cette proposition fait grincer des dents au PS, où on accepte d’envisager une hausse de CSG qui toucherait les retraités seulement pour financer la dépendance.

Allonger la durée de cotisation

A long terme, Terra Nova plaide pour un allongement de la durée de cotisation. « A problème démographique, il faut une solution démographique », admettent les auteurs du rapport, qui reprennent ensuite mot pour mot les déclarations de Dominique Strauss-Kahn sur le sujet : « Si l’on vit en bonne santé jusqu’à 100 ans, on voit bien qu’il n’est pas raisonnable de continuer à partir à la retraite à 60 ans ». Terra Nova propose de fixer la durée de cotisation à 42,5 ans en 2050 pour « amener l’âge moyen de départ effectif à 65 ans ».

D’où leur conclusion : « A long terme, l’âge légal à 60 ans est une référence qui est appelée à s’effacer. Il va concerner de moins en moins d’assurés ». Pour autant, Terra nova propose de garder cette borne, afin de protéger les salariés ayant commencé à travailler jeune. Le think tank souhaite finalement une évolution vers « une retraite à la carte » où « les choix de la retraite ne seront plus faits par l’Etat mais par les citoyens ». A chacun de déterminer son âge de départ et son niveau de pension, en fonction du temps qu’il aura travaillé.

Source

Vous aimerez aussi