Accueil > Actualités > Débat sur les retraites : il est temps de dépasser les égoïsmes

Débat sur les retraites : il est temps de dépasser les égoïsmes

Par Jérôme Besnard, Président des Jeunes CNI

La question de la réforme des retraites est éclairante quant aux égoïsmes qui paralysent la société française contemporaine. Egoïsme d’une large partie de la fonction publique d’abord, qui souhaite continuer à bénéficier des régimes spéciaux de retraites dont d’aucuns s’accordent à dire qu’ils constituent désormais des avantages acquis disproportionnés par rapport au régime général.

Egoïsme de la génération du baby-boom ensuite, celle qui vient d’atteindre ou qui approche de l’âge de la retraite. Cette tranche d’âge refuse obstinément de s’avouer que les 60-70 ans concentrent la richesse française ainsi que les pouvoirs économique et politique. Elle nie plus ou moins consciemment son devoir d’aide et de solidarité envers une jeunesse qui pour la première fois dans l’histoire contemporaine est assurée de connaître un niveau de vie inférieur à celui que connaissent ses parents. L’individualisme est ici de mise, pénalisant les plus jeunes et handicapant fortement leur avenir.

Absence de débat sur la natalité

Le recul annoncé de l’âge de la retraite à 63 ou 65 ans ne mérite pas la levée de boucliers des syndicats qui achèvent malheureusement de perdre toute crédibilité auprès des Français.
Ce qui est le plus frappant, au-delà de ces considérations de bon sens, c’est l’absence de débat sur la natalité et d’analyse démographique. L’avenir des sociétés européennes passe pourtant par un changement de mentalité et une rupture avec le malthusianisme. Parier sur l’immigration pour payer nos retraites, c’est poursuivre la fabrication d’une bombe à retardement.

A défaut de pouvoir à lui seul changer les mentalités, le gouvernement de François Fillon pourrait relancer une politique nataliste à destination des familles françaises en aidant les familles nombreuses.

Le débat sur les retraites n’a de véritable intérêt que s’il est abordé sur le plan des relations intergénérationnelles, de la cohésion nationale et de la démographie. On est pour l’instant loin du compte et l’on peut craindre que la précipitation du gouvernement alliée aux discours idéologiques des partenaires sociaux empêche toute réflexion de fond sur le sujet. Le CNI aura à cœur de rappeler ces quelques vérités essentielles dans les mois qui viennent.

Source

Vous aimerez aussi